2018 : Résolution mindfulness

Posted on

Janvier, mois redouté, temps des résolutions, ère des mensonges autodirigés vers soi. Ce moment où l’on s’empresse de faire une bucketlist interminable :

-Se remettre en forme (aka flasher ses nouveaux leggings au Econofitness le plus près);

-Devenir végétarien, végétalien ou adepte de la nourriture crue;

-S’engager dans une activité qui nous permet de nous dépasser mind, body and soul (pour certains, on considère le fait de s’inscrire à un loisir de forte intensité comme un marathon/triathlon ou, dans d’autres cas, comme ma coloc que j’aime malgré tout du plus profond de mon cœur, de s’adonner au rangement de ses vêtements propres empilés sur son lit depuis minimum 1 mois et demi);

-Ne pas se chicaner avec sa coloc;

-Se rappeler que sa coloc paie aussi la moitié du loyer;

-Diminuer sa consommation d’alcool;

-Se rappeler que notre consommation d’alcool est proportionnelle au plaisir que nous avons à nous inventer une vie plus palpitante;

-Diminuer sa consommation d’antidépresseurs;

-Se rappeler que notre consommation d’antidépresseurs est aussi proportionnelle au plaisir que nous avons à nous inventer une vie plus palpitante;

-Renoncer à l’ensemble de nos résolutions improbables.

Cette année, j’ai décidé d’adhérer à une résolution, celle que j’aurais dû prioriser il y a de cela plusieurs années, soit de pratiquer le mindfulness (ou la pleine conscience) lors des moments qui me font sentir complète, respectée et mise en valeur. Je me souhaite de m’attarder au goût crémeux et onctueux d’un chocolat chaud overprice et de m’imprégner du sourire complice de mes proches lors d’un souper rassembleur. Je désire être attentive, en pleine conscience, de la tristesse que je ressens quand j’assiste à un moment d’injustice sociale et d’être en mesure de me réconforter par l’indescriptible joie de donner des vêtements trop grands. Je veux être attentive aux blues que je ressens en pensant à la surconsommation, l’écologie, l’intolérance, mais aussi mettre l’emphase sur le fait de complimenter sans retenue, surprendre et aimer (dans cet ordre ou l’inverse). Je désire être consciente de chaque petit détail (ma respiration qui s’accélère lors d’une situation nouvelle et inconnue), de chaque parole (un «je m’ennuie vraiment de toi» ressenti de la part d’un être cher), de chaque instant (la sensation que j’éprouve au sein de mon bas ventre en pensant à toi à un moment inattendu) et m’endormir avec la certitude d’avoir profité pleinement de chaque journée. Le mindfulness, c’est beaucoup plus que d’énoncer haut et fort Je profite du moment présent ! à tort et à travers. En plus, ça demande beaucoup moins d’efforts que de s’inventer une vie plus palpitante. Cette vie palpitante est là, devant mes yeux, il ne me reste qu’à être consciente du plaisir que j’en retire.

*Crédit photo (libre de droit) à la une : Pixabay DomainPublicArchive

0 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.