Encore les maudits (futurs) profs

Posted on

Chaque année on les entend se plaindre avec le même discours. Ils veulent être rémunérés pour leur stage obligatoire à temps plein nécessaire à l’obtention de leur diplôme. Honnêtement, je ne sais pas pour vous, mais je ne suis plus capable de les entendre. La semaine dernière encore, ils demandaient 576$ par semaine pour toute la durée du stage en question…

Je ne suis plus capable de les entendre, pas parce que je trouve leur cause imbécile, mais parce que je n’arrive pas à concevoir qu’en 2018, on puisse encore obliger des gens à travailler sans les payer. Surtout pour un travail aussi important. Je ne suis pas connaisseur en la matière, mais durant ce stage, ils ont les mêmes responsabilités qu’un enseignant. Ce sont eux qui run le show, pas le professeur qui les supervise.

En ce qui me concerne, dans mon domaine aussi il y a des stages obligatoires. Heureusement pour moi, je suis ingénieur. Quand c’était le temps des stages, l’école s’opposait fermement (mais ça arrivait quand même) à toute possibilité de stage non rémunéré pour un étudiant. La norme est que les étudiants sont payés pour le travail qu’ils font. Ça a du sens, non? En plus, comment veux-tu te concentrer et performer pleinement dans ce que tu fais, quand tu dois en plus travailler sur le side pour payer tes factures? Je ne te dis pas que c’est impossible, car ils le font tous, mais ça devrait pas être comme ça. Mais bon, les étudiants, ils ont des iPhone maintenant, alors ils en ont les moyens, right? Pas besoin de les payer en plus!

Je ne sais pas pourquoi la société en général démontre ce genre de mépris envers les (futurs) profs. Je n’ai pas envie ici de redire ce qui a déjà été dit un million de fois sur leur profession, mais en regardant un peu l’opinion publique, on dirait que le bout qu’elle digère le moins est qu’ils aient 2 mois de « congé » l’été. De la jalousie mal placée, comme on dit. C’est fou pareil, quand ça te fait tellement chier que quelqu’un que tu ne connais pas ait deux mois de congé de plus que toi que ça te réjouisse qu’ils ne soient pas rémunérés durant leurs stages ou que leurs conditions de travail soient précaires. Je ne comprendrai jamais ce comportement qu’ont certains individus envers les autres.

J’ai aussi beaucoup de difficulté avec ceux qui souhaitent du malheur à autrui parce qu’eux ne l’ont pas eu facile. « Moi dans mon temps, on travaillait 300 heures par semaine et on avait 4 jobs pas payées, tout ça en allant à l’école, donc les maudits étudiants en enseignement n’ont rien à dire ». Premièrement, Manon, tayeule. Deuxièmement, on s’en sacre pas mal de tout de ce par quoi tu as bien pu passer. En fait, pourquoi nous parles-tu de toi? Qu’est-ce que ton expérience personnelle vient tant ajouter au débat? Et troisièmement, n’est-ce pas le but d’une génération de faire en sorte que la génération qui suit puisse jouir de meilleures conditions? Encore de la jalousie. Moi j’ai eu des embûches, donc pas question que quelqu’un puisse y arriver sans en avoir aussi.

Les professeurs sont à la base du fonctionnement de notre société. Est-ce qu’on pourrait leur donner un break, juste 15 minutes? Au moins ce qui me réjouit, c’est que quand j’aurai des kids en âge d’aller à l’école, je saurai que leur prof n’est pas là juste pour le salaire ou parce que les conditions de travail sont top notch. Si tu penses que le système est de la merde parce qu’y’a juste les basses Cote-R qui se ramassent en enseignement, bien crois-moi, en ce moment, pour accepter de te faire suer autant, il faut que tu aimes ça et pas à peu près. Leur donner ce qu’ils méritent est déjà un pas dans la bonne direction, mais peut-être que si, collectivement, on peut arrêter de leur chier dessus, alors la profession d’enseignant pourra un jour être valorisée comme elle se doit.

Crédit pour image à la une : Jean-François Desgagnés

0 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.