Pourquoi j’ai renoncé aux applications de rencontre

Posted on

Je suis célibataire. Pas endurcie, mais j’assume bien mon célibat. Non, je ne ferais pas l’un de ces textes philosophiques ou de mind, body and soul. Ni un texte qui chamboulera la vie d’autrui. Je fais un texte sur moi-même et, désormais, j’affirme ma vie de louve solitaire.

L’ai-je choisi ? Cette vie de célibat ? Oui et non. Je me suis tournée vers les applications puisque je me suis dit que ce serait une option intéressante. Intéressante est le bon mot compte tenu de toutes les personnes rencontrées qui ont été, ma foi, spéciales.

D’ailleurs, je m’excuse d’avance si je froisse l’une de mes précédentes dates par mes dires. Ces fameuses applications m’ont permises de rencontrer maintes personnes. Les bonnes personnes ? Pas sûre, pas sûre. Toutefois, lesdites applications ont leur cachet en quelque sort et que la fameuse perle rare peut être trouvée entre deux swipes vers la droite.

Mais, moi (on va être nombriliste un moment), je n’ai pas eu cette chance. No offense les boys, mais je ne suis jamais tombée sur un homme qui m’ait tant égayé. Bon, je vous l’accorde, j’ai déjà passé deux ou trois bonnes soirées… sans plus. Mais rien de flabergastant au point où je voulais constamment reluquer mon cellulaire pour voir s’il allait me réécrire. Tu sais, être à ce point que tu t’émoustilles pis toute.

Mais niet, que dalle. Je me permets de m’excuser pour les quelques « ghosthing » que j’ai faits auprès de vous, messieurs. Souvent, je préférais prendre un petit thé avec Janice (mon chat) plutôt que de sortir à un second rendez-vous (vu de même, je n’ai pas l’air bien motivé mais, je sais quand je le feel ou non et plus souvent, c’était non). Ce que je viens de dire semble vraiment insinuer mon futur en tant qu’heureuse propriétaire de mille chats, mais je n’y tiens point.

Donc, les applications. Ces fameuses applications qui vous torture à chaque « BIP » qu’elles produisent. Je n’avais plus envie de cela (et espérons que ça tienne). D’être rivée sur le cellulaire, constamment. Non merci. J’aspire plutôt à faire des rencontres en vrai, quitte à laisser mon numéro de téléphone. Les rencontres impromptues sont souvent les meilleures, non ? J’y crois encore aux hasards et aux « Pourquoi pas ? Au pire, il dira non. »

Personne n’est dupe, c’est ardu de rencontrer des gens désormais DANS LA VRAIE VIE. Quand je suis tombée célibataire, il y a un an, j’ai tenté le tout pour le tout. Et vous connaissez déjà le résultat. Je ne peux plus me virer à l’école, je n’y suis plus. Quant aux collègues de travail, disons qu’il y a un dicton qui cite le contraire. Aller dans des petits cafés pour écrire des articles (clin d’œil au Darling où j’écris celui-ci et au Oui mais non où je le peaufine) et m’attendre à ce qu’on me tapote l’épaule pour venir bavarder avec moi ? Hello, nous ne sommes pas dans un film. Je ne suis malheureusement pas Zooey Deschanels dans 50 days of Summer.

Alors, des applications ? Oui. Mais plus pour moi, du moins temporairement. Je ne dis jamais jamais parce que je ne veux réellement pas finir avec mille chats.

 

Puis vous ? Vos expériences avec les applications, ça gère ?

0 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.