L’entrepreneuriat au féminin

Posted on
The future is female (@girlsgonechild)

Je suis entrepreneure.

Y’a de ça déjà 8 ans, du haut de mes 19 ans, sans aucune connaissance réelle du milieu des affaires et en ne suivant que ma passion, j’ai décidé de fonder ma propre entreprise. Dans ce temps-là, je savais seulement que j’avais une vision différente du métier que je voulais exercer et j’espérais qu’un jour, avec beaucoup de travail, cette même entreprise pourrait être à l’image de mes aspirations entrepreneuriales.

Les femmes entrepreneures prennent de plus en plus leur place et si j’avais envie d’écrire à ce sujet c’est que dernièrement dans un cours de gestion à l’université, nous avons abordé le sujet. Durant presque toute la séance, je me suis entendue m’exclamer des « ben voyons donc » ou des « quessé ça ? » quand j’entendais les statistiques ou certains commentaires émis par des paires. Même si je sais pertinemment que l’équité entre les hommes et les femmes est loin d’être atteinte, j’ai eu quand même un choc. Je ne pensais pas que ça pouvait être pire que ce à quoi je m’attendais.

Si j’avais envie d’écrire à ce sujet c’est que, quelques semaines avant ce fameux cours, à l’université encore une fois, nous avions une soirée de réseautage. Soirée durant laquelle j’avais une discussion animée avec un collègue de classe sur l’entrepreneuriat féminin. J’affirmais que nous devions encourager les femmes à prendre leur place en affaires. Rien de bien excessif, on s’entend. Il m’a répondu : « Aww c’est parce que tu es féministe, toi ». Un « toi » qui fait serrer des dents. Sur le même ton qu’il aurait pu me répondre : « Aww t’es cute, tu crois encore au père Noël, toi. » ou « Aww t’aimes les bébés chats, toi ». Comme si je venais de dire quelque chose de cute et de complètement naïf.

Si j’avais envie d’écrire à ce sujet, c’est que, le mois dernier, j’ai visionné la série américaine Handmaid’s tale. Je l’ai visionnée en deux jours, mais j’en ai fait des cauchemars toute la semaine. Parce qu’au début de cette série « futuriste », t’as tendance à vouloir penser que c’est tiré par les cheveux, que jamais on ne pourrait en (re) venir à un point où les femmes ne sont que des machines reproductrices, des objets sans valeur. Puis, plus la saison avance, plus tu prends conscience que cette « fiction » pourrait ne plus en être une.

Alors, si j’avais envie d’écrire à ce sujet c’est que ces derniers jours, plus qu’à l’habitude, je prends conscience que ce n’est pas rien pour une jeune femme de se lancer comme entrepreneure. Par moment, on aura des défis supplémentaires reliés à notre genre et que, par moment, ça donne envie de baisser les bras et même de hurler. Mais, qu’au final, ça me donne surtout envie de me dépasser et de montrer de quoi je suis capable. De quoi NOUS sommes capables.

En 2018, je nous souhaite de prendre notre place et d’aller au-delà de nos ambitions.

Cheers !

 

Crédit image à la Une : The future is female (@girlsgonechild)

  • Partager

0 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.