L’honorable masturbation

Posted on

La masturbation : j’adore et j’adhère. Or, il s’agit d’une activité taboue, si ce n’est même controversée! Aux garçons, on leur dit que ça rend sourd s’ils la pratiquent trop souvent. Certains pensent d’ailleurs que c’est tromper que de se toucher devant un film de foufounes.

Avec les filles, on n’en discute pas et quand on le fait, on affirme qu’elles se tripotent très peu parce que ça ne les intéresse pas ; que c’est moins naturel pour elles. Pire encore, lorsque les parents attrapent leur petite princesse en train de se frotter sur son toutou, ils l’avertissent avec épouvante de « NE PLUS JAMAIS FAIRE ÇA » ! Traumatisant.

Sans mentionner que le mot « masturbation » possède une connotation péjorative. Ne parle-t-on pas de masturbation intellectuelle quand une personne se plait à tourner en rond dans ses « grandes réflexions »?

Dommage, car la masturbation fait du bien, aussi bien sexuellement que psychologiquement. Pour moi, apprendre à se toucher l’entrejambe avec tendresse nous libère et favorise notre confiance en soi.

Savoir se masturber selon ses goûts et ses humeurs permet de réaliser qu’on n’a besoin de personne dans la vie pour en jouir pleinement, au sens propre. Prendre son temps, apprendre à connaitre son corps, se découvrir : c’est surprenant comme c’est plaisant. Oui, je suis en train de recommander de se faire l’amour. Viens-tu de devenir mal à l’aise? Voilà. Ça revient au traumatisme mentionné plus haut. Garroche donc tes préjugés aux quatre vents et concentre-toi sur ton pubis.

Entre parenthèses : savais-tu que « célibat » ne rime pas avec « sécheresse» ? Cesse de te languir à l’idée qu’une autre main que la tienne se mette au travail dans tes bobettes. Comble toi-même tes pulsions les plus pressantes et profites-en! En plus, l’orgasme agit comme la mélatonine : parfait pour calmer les anxiétés ou pour gérer les insomnies.

En couple? Sache que la masturbation ouvre les yeux : même dans un binôme, il reste des individus. Peu importe ta situation amoureuse, tu as le droit de prendre ta sexualité en main, littéralement! Il n’existe aucune honte à jouir sans sa ou son partenaire. Moi, je te le dis : branle-toi comme jamais. Tout le monde devrait se permettre de vivre sainement son intimité avec soi-même. Comme on peut sortir entre amis le vendredi soir. Comme on peut lire un livre tranquille sans vouloir être dérangé. Se masturber, ce n’est pas tromper, ce n’est pas vulgaire, ce n’est pas caca… jamais. Ton chum ou ta blonde ne détient pas le monopole de ton désir… jamais.

En plus, prendre le temps de se familiariser avec soi-même, ça décomplexe. Your body is your temple my dear. On profite mieux du sexe avec les autres lorsque l’on prend conscience de la beauté de son corps : il nous offre de faire tant de choses et ressentir tant de sensations. Quelle étonnante machine tout de même!

Gâte-le, aime-le avant de vouloir en gâter ou en aimer un autre. Sans oublier que ça permet de savoir ce que tu apprécies ou non, et ça ne peut que t’aider pendant tes prochaines séances de jambes en l’air.

Imagine aussi comment tes nouveaux skills seront utiles sous la couette! Tu vas interpréter les mouvements fugaces, remarquer les joues s’empourprer tranquillement, écouter les subtilités d’une respiration haletante… Tu reconnaitras les signes du plaisir et prendras soin de l’autre comme tu peux désormais de prendre soin de toi. Et laisse-moi te dire : tu risques de rocker le matelas comme jamais grâce à ça.

En gros, on ne va pas se mentir : la masturbation libre et assumée ouvre grandes les portes de la satisfaction sous tous les angles.

 

Crédits photo de couverture : teenvogue.com

 

0 Commentaires

Laisse un commentaire

Ton adresse courriel ne sera pas publiée.